➳ Nouvelle vie sans gluten : Un choix ? Non, mais une libération !

Aujourd’hui, je me mets à nu, je vais un peu parler de moi et de mon expérience face à la nourriture !

Revenons au tout début :

Depuis que j’ai 20 ans, je souffre de maux de ventre. À l’époque, je pensais que c’était le stress puisque ça m’arrivais uniquement lors des périodes d’examen. Puis avec les années, une fois tous les deux – trois mois, j’avais un mal de ventre qui me coulait au lit ! Quand j’allais voir le médecin, il me disait que c’étaient sans doute les prémices d’une gastro et me renvoyer avec des médicaments à prendre. Effectivement, comme ça, ne m’arrivait que de temps en temps, je me disais que je devais être plus sensible que les autres à ce niveau-là !

Résultat, pendant 3 ans, je ne me suis pas trop alarmée concernant mes maux de ventre, puisqu’ils semblaient toujours avoir une raison et ils passaient tout le temps.

Malheureusement avec le temps ça s’est empiré…

Des crises à répétition :

À partir de mes 23-24 ans, les crises se sont intensifiées. Encore une fois, je suis une personne anxieuse, et je commençais ma vie pro à ce moment ! Donc il était facile de mettre encore ça sur le stress ! Pourtant, je trouvais que quelque chose n’allait pas. J’ai commencé par avoir des épisodes de crises. Généralement, je les avais toujours chez moi (quelques rares fois au travail). Autant de dire que c’était horrible, pour te décrire la douleur : j’avais l’impression d’avoir les intestins en feu, parfois, j’étais même pliée en deux. Les crises duraient entre 1h à 3h, j’étais à bout à chaque fois.

Pour calmer la douleur (je te passerais certains détails), les massages de ventre, la musique douce et la bouillotte étaient mes meilleurs amis. Marcher m’aidait également.

Au début, j’allais voir le médecin, mais encore une fois, il me cataloguait ça comme une simple gastro. J’ai dû voir 3-4 médecins, sans qu’on me dise autre chose. Pour le coup, je me sentais totalement incomprise, j’avais beau expliquer mes symptômes rien n’y faisait. Surtout, j’ai déjà eu des vrais gastros et la douleur n’est pas aussi intense que ce que je vivais actuellement.

Ses deux dernières années étaient les pires, j’ai eu des crises pratiquement toutes les semaines.. Plus que mon physique, c’est mentalement que c’était dure. J’étais face à une incompréhension totale par rapport à ce que j’avais, j’étais tellement fatiguée et à bout.

Et les proches dans tout ça ?

Pour mes proches, c’était compliqué à comprendre comme médicalement, je n’avais rien et qu’on ne trouvait pas de raison autre part. Je suppose qu’ils devaient penser que j’en rajoutais et que ce n’était pas grand chose. La plupart du temps, on me disait la phrase la plus horrible au monde : « Rooh ça va, prend un peu sur toi ! C’est dans ta tête »

Clairement, c’est dur d’entendre ça parce que la douleur que j’ai, elle n’est pas dans ma tête ! Parce qu’avoir ses entrailles qui brûlent, n’avoir qu’une envie, c’est de les enlever pour que ça s’arrête (oui désolé, c’est un peu trash ^^) ce n’est pas dans ma tête !

Je me retrouvais dans une situation très délicate entre :

➳ Les médecins qui ne me prenaient pas au sérieux.

➳ Mes proches qui minimisaient mon problème.

J’en parlais très peu avec parents de peur qu’ils s’inquiètent. Je me confiais beaucoup à mon copain et mes amis.

Pendant un temps, mon copain s’est dit que si on n’en parlait pas, le problème n’existerait pas. Malheureusement, ce n’est pas le cas ! Il y a 1 an, je suis partie en vacances avec lui et j’ai eu la plus grosse crise que j’ai jamais eue ! Le fait de me retrouver dans un autre pays ne m’a pas aidée ! La douleur m’a réveillé en pleine nuit, mon copain était complètement paniqué ! Comme pour les autres, on a mis 2 h à la calmer !

L’alimentation le problème ?

J’ai eu un déclic sur l’alimentation ce jour-là. Le soir, j’avais mangé une pizza avec du fromage et de la tomate ! C’est tout naturellement que j’ai supposé que les produits laitiers avaient un lien avec mes douleurs ! J’étais sans doute devenue intolérante.. En rentrant, j’ai donc décidé de supprimer les laitages de mon alimentation. Je suis allée une énième fois, j’ai le médecin, qui cette fois m’a écouté et m’a fait faire des examens sanguins. Comme, c’était RAS, il m’a conseillé d’aller voir une psy (car oui, si y a rien dans le sang, c’est forcément dans la tête hein !). J’ai donc décidé d’aller voir un Hypnothérapeute ! Franchement, j’ai fait 1 séanceet ça m’a fait du bien pour la gestion de mon anxiété !

Malheureusement j’avais toujours des crises mais le fait d’avoir éliminé le laitage et avoir fait de l’hypnothérapie, elles étaient moins intenses (toujours très douloureuse). De plus, je ne finissais plus en larme, j’arrivais à être plus forte en me disant que ça aller passer.

En début 2017, je me suis renseignée sur Internet (en évitant les sites comme Doctissimo) et j’ai découvert que mes symptômes ressemblaient à ceux du SII (Syndrome de l’Intestin Irritable : je te mets le lien pour plus d’info). Enfin, je mettais un mot sur ce que j’avais (du moins ce qui s’en approcher). Une petite victoire, mais pas très encourageante, car j’apprenais que je ne pourrais jamais gagner la guerre ! Ce syndrome n’a malheureusement aucun traitement connu à ce jour et donc aucune guérison… Mais enfin, je pouvais me dire que je n’étais pas folle même si certain de mes proches restait persuadé que c’était dans ma tête.

En arrivant au Canada en juin 2017, je me suis posée de plus en plus de questions sur mon alimentation. Les laitages étaient OUT, mais les crises étaient toujours là. De plus, le fait de me retrouver loin de la France, de ma famille et mes amies, j’avais dû mal à tout gérer… Je commençais à créer une phobie alimentaire, je jeûnais pendant les jours de crises pour ne plus avoir mal (très mauvais comportement je le sais). Quand je sortais, je ne mangeais pas à l’extérieur de peur d’en avoir une. Je me levais le matin en me disant : Est ce que je vais faire une crise, j’ai un peu mal au ventre c’est sans doute une crise… » Bref, j’étais traumatisée et perdue !

Après une énième crise en juillet, j’en ai eu marre et j’ai trouvé un régime pouvant m’aider à comprendre ce qui n’allait pas dans mon alimentation et les aliments qui ne passaient pas : le FODMAP (le lien qui vous l’explique).

En gros, pendant 6 semaines, je devais bannir plusieurs aliments et ensuite les réintroduire petit à petit pour voir ceux qui me créer des crises ! J’ai commencé le régime fin août jusqu’à début octobre !

Et là miracle … Aucune crise pendant ses 6 semaines ! J’étais aux anges ! Mais je restais très anxieuse sur ce que je mangeais et à l’affût d’un éventuel problème. En octobre, j’ai commencé à réintégrer petit à petit les aliments ! J’ai commencé par les pâtes (Oui oui tu vas voir où je vais en venir ! tu vas voir aussi que je suis bûtée), le pain au petit déj, les gâteaux… Alors oui ! J’ai de nouveau eu de crises 1 fois par toutes les deux semaines (oui, elles sont ponctuelles en plus). À aucun moment, je me suis dit, c’est le gluten ! Pour moi, c’était forcément autre chose !

J’avais pris l’habitude de faire un tableau de quand j’avais des crises et quand je n’en avais pas (en rouge et jaune c’est quand j’en ai un eu une ou que j’ai eu des douleurs, en vert c’est quand je n’ai rien eu) :

tracker-crises

Je me suis penchée dessus et là ça m’a frappé : en juillet, en début août et en octobre j’ai eu des crises (période où j’en mangeais sans compter du gluten !) Mais Septembre rien du tout, sachant que le régime FODMAP écarte pendant les 6 semaines le gluten. Je me suis rendue à l’évidence que c’était la réponseà tous ça !

Et aujourd’hui ? Vers la guérison ?

Ça va faire 1 mois maintenant que j’ai écarté le gluten (et toujours le laitage) de mon alimentation.

1 mois où :

➳ Je n’ai plus eu de mal de ventre

➳ Je n’ai plus eu de crise

➳ Je n’ai plus de poids au niveau des intestins

➳ Je ne suis plus obsédée par mon alimentation

➳ Je n’ai plus peur d’avoir mal au ventre

➳ Je revis tout simplement

C’est fou de se dire que notre alimentation peut nous causer autant de souffrance. Je suis encore surprise de savoir que c’était ça mon problème. Après, je ne suis pas allé faire d’examen pour le confirmer (avoir un rendez-vous avec médecin à Montréal en étant expat ce n’est pas facile) mais les faits sont là !

Je suis encore perdue, dans ce mode d’alimentation, puisqu’il faut revoir tous les basiques. Je me rencontre aussi que le gluten, on en trouve partout, je trouve ça fou ! Même mon copain est choqué ^^ D’ailleurs, il a totalement changé par rapport il y a 1 an, il est beaucoup plus ouvert, me rassure chaque jour et m’aide énormément dans cette épreuve !  Je suis un peu comme une enfant, je dois réapprivoiser mon corps, réapprendre les douleurs « normales » de ventre…

Mes proches aussi ont l’air plus soulagés et compréhensifs 🙂

Je suis beaucoup plus heureuse et apaisée et j’espère que ça va continuer !

 

Sites :

https://www.apssii.org/colopathie/index.php

http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Dietes/Fiche.aspx?doc=diete-fodmap

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gluten

https://www.fqmc.org/vivre-sans-gluten/ingredients-permis-et-a-eviter

 

Livre que je lis en ce moment et que je recommande :

couv_sans-gluten300

 

 

 

http://www.thierrysouccar.com/nutrition/livre/comment-passer-au-sans-gluten-3823

 

 

 


As-tu eu une expérience similaire ? Manges-tu sans gluten ? As-tu des conseils ?

ENJOY mes Pensines 

 


2 réflexions sur “➳ Nouvelle vie sans gluten : Un choix ? Non, mais une libération !

  1. Et bien…quelle aventure !
    Je te comprend pour les maux de ventre malheureusement…
    Je pense que je n’ai jamais eu aussi mal que toi, mais quand j’ai commencé à avoir mes règles (oups c’est un peu trop indiscret haha) j’avais d’ÉNORMES maux de ventre. Certes ce n’était pas comme toi à cause d’une intolérance, mais à cause de cette fameuse période du mois haha.
    Depuis que j’ai stoppé le gluten et les laitages (et que je mange sainement…) je n’ai plu eu aussi mal !
    Moi aussi, j’ai arrêté le gluten (depuis 2014) à cause de mon acné par contre. Et tu vas voir, tu vas vite trouver des « substitut » au gluten. Je trouve en fait qu’on s’habitue et puis comme on sait que ce n’est pas bon pour notre santé, on a pas envie de reculer et d’en remanger…
    Désolé si ce petit texte est un peu confus, mais ton article m’a touché et je l’ai trouvé très interessant !
    Bisous ! Melody ♡

    (>> https://inlovewithfoodandvegan.com/ << )

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprends pour tes douleurs c’est vraiment handicapant ! Comme quoi le gluten agit différemment sur les personnes et cause vraiment des tas de problèmes ! Du coup tes douleurs sont devenues plus gerables pour toi ?
      Oui plus jamais je reviens en arrière ! Même si parfois je lorgne sur du pain, des petits gâteaux et tout , je me souviens de la douleur et ça me suffit pour ne pas craquer ^^
      En tout cas, merci de m’avoir partager ton expérience face au gluten ! Je pourrais venir te demander quelques recettes 🙂
      Bisous Melody 🙂
      Jaissie

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s